La Pyrénéenne 2017

Dimanche 2 juillet c’est la Pyrénéenne 2017, Hugo et moi sommes inscrits ! Franck a dû déclarer forfait sur blessure et déjà une grande question se pose qui va dynamiter la course avec une bordure au km 0 !

Le profil de la journée est visible ci-dessous (distance totale:  87km, D+: 2260 m) :

Voir en plein écran

Samedi direction Saint-Lary avec Hugo et Nella sous une météo maussade ! On passe récupérer nos dossard déposer nos affaires aux gites puis direction le restaurant. Afin de préparer au mieux la course nous optimisons le repas : Pizza Reine pour Hugo mais un demi-tiramisu (quelques scrupules après la pizza). Pates aux coquilles Saint-Jacques et tiramisu entier de mon côté. Il n’est pas très tard et nous rentrons à notre gîte en « altitude » à Azet pour augmenter les globules rouges pendant la nuit !

Dimanche matin : réveil 6h30, il fait 8°C (ça caille un petit peu) lorsque nous descendons sur Saint-Lary. Il y a environ 600 partants sur la ligne de départ, nous sommes bien motivés !

8h00 : 3, 2, 1 partez, nous attrapons les roues dans le faux plat descendant pour arriver sans trop d’effort à Guchen 5km plus loin ! Un virage à gauche et nous entamons la montée de la Hourquette d’Ancizan qui dure 10km avec un premier kilomètre à 7.5% ! On se sent bien, les jambes répondent bien, on se cale tout à gauche de la route et on commence à doubler pas mal de concurrents. Moins d’un kilomètre après l’ascension, Hugo me demande :  « Tu peux jeter un œil à ma roue arrière ». Après un coup d’œil, je lui réponds : « je pense que tu as crevé … ». On se range donc sur le côté et tel un équipier modèle, je lui propose de l’aider à réparer. A ce moment tout le monde nous double en nous glissant un petit « pas de chance les gars … ! ». Pendant que je démonte le pneu, Hugo sort sa chambre à air de secours et me lance : « qu’est-ce que c’est que cette chambre à air » …… une chambre à air de VTT …… !!! Continuant dans le rôle de l’équipier modèle, je sors ma chambre à air de secours, on remonte le pneu, la roue sur le vélo, petite séance de gonflage et de rangement de matériel et nous pouvons enfin repartir bon dernier ! On repart très motivé, le compteur ne descend pas trop sous les 12km/h dans le 10%. Un commissaire en moto, nous demande : « il y a encore du monde derrière vous », l’air de dire vous êtes bien en retard … Après 2km à un bon rythme, Hugo propose sagement de réduire le rythme, la route est encore longue ! Nous finissons par rattraper les derniers concurrents ce qui nous motive d’autant plus. Nous finissons par arriver au sommet de la hourquette d’Ancizan, on avale une barre et nous entamons la descente au milieu de paysage très sympa ! A peine arrivé à Payolle, c’est reparti pour le Col d’Aspin ! Ouf depuis Payolle, il n’est pas long : 5km ! Hugo impose un bon rythme et les kilomètres défilent assez vite. Dans le dernier kilomètre de la montée des « spectatrices » nous barrent la route et Hugo manque de chuter. Oui des vaches ont envahie la route ! (on est à la montagne !). On repart sans encombre et on se recoiffe car le photographe nous attend au sommet du col d’Aspin ! On a le droit à un nouveau petit ravitaillement, puis c’est la descente de 12km jusqu’Arreau. Arrivé dans la vallée, le soleil est au rendez-vous pour ce faux plat (enfin plutôt faux que plat) qui doit nous mener jusque Loudenvielle ! Nous remontons de nouveau quelques concurrents qui ne forment pas de groupe avec nous, nous nous relayons donc à deux à un rythme raisonnable (REX d’il y a 2 ans ;)). Cette partie se termine par les deux premiers kilomètres du col de Peyresourde (Hugo indique qu’il a signé pour trois cols et non quatre ;), heureusement, on bascule sur le lac de Loudenvielle ! Nous passons à côté des thermes, j’indique à Hugo qu’on pourrait aller s’y baigner et qu’on y serait mieux que sur le vélo ! Mais il a hâte d’en découdre avec le col d’Azet ! Au panneau bonne surprise seulement 7.5km d’ascension, mais le premier kilomètre est à 8% ! Les kilomètres suivant sont à 10% !, on diminue le braquet, serre les dents pour continuer notre remonté, car Hugo imprime un bon rythme pour continuer notre remontée ! Dans les derniers kilomètres, la pente est moins raide et Hugo profite de sa forme étincelante pour prendre 30 secondes ! Je le retrouve au col attablé au ravitaillement en train de siroter ……… un Coca ! C’est reparti pour une longue descente jusque la vallée de Saint-Lary ! Selon le compteur il reste 15km, mais on nous indique « arrivée à 5km » … (il y a eu vraisemblablement un loupé dans la mesure du tracée …). On décide donc de se relayer avec Hugo jusque l’arrivée en imprimant un bon rythme … Plusieurs concurrents prennent notre roue sans prendre de relais, alors dans les 200 derniers mètres on accélère histoire de ne pas se faire doubler par les cyclistes qu’on a sur le porte bagage ! On se tape dans la main en franchissant la ligne d’arrivée : mission accomplie ! Bien content de notre parcours !

Une édition de la Pyrénéenne très sympa, plus facile qu’il y a deux ans, à faire tous ensemble à l’occasion ;).

Quelques photos ci-dessous :

 

Les commentaires sont fermés.